Auteur Sujet: [Le Progrès] Norah Jones : le parcours sans fausse note d’une trentenaire du jaz  (Lu 1445 fois)

sergiodadi

  • Administrator
  • Sr. Member
  • *****
  • Messages: 344
    • Voir le profil
Norah Jones : le parcours sans fausse note d’une trentenaire du jazz

La New-yorkaise débute à Lyon la tournée de son dernier album Day breaks. Elle sera ce vendredi à l’Amphithéâtre.

Après avoir été abandonnée à l’âge de 9 ans par son père, le sitariste indien Ravi Shankar, Geetali Norah Jones-Shankar a grandi dans la banlieue de Dallas, au côté de sa mère, la productrice américaine Sue Jones. Bercée par le jazz et la soul que sa mère affectionne, la jeune adolescente s’initie au piano et chante dans la chorale de l’église.

À 20 ans, Norah revient à New York, sa ville natale. Passant du rôle de serveuse à celui d’artiste dans les pianos-bar de Greenwich Village, le soir elle égraine ses compositions personnelles accompagnée du bassiste Lee Alexander, son compagnon à la scène comme à la ville. Norah américanise son patronyme, pour ne pas faire carrière sous la tutelle de son père.

Une voix de velours teintée de soul, de jazz et de folk

Repérée par Bruce Lundvall, le patron du label Blue Note, au printemps 2002, la chanteuse sort son premier album Come away with me. Norah Jones obtient aussitôt les faveurs du grand public. Avec sa voix de velours teintée de soul, de jazz et de folk, la New-yorkaise s’impose dans le cercle restreint des chanteuses dont on aime fredonner les chansons. Magnifique exploit à 23 ans. Vendu à plus de 29 millions d’exemplaires, l’album obtient le titre suprême d’album de diamant. Deux ans plus tard, Norah enregistre son second disque, Feels like home. Un album au succès plus modeste qui se vendra tout de même à plus de 10 millions d’exemplaires.

Sa voix divine nous plonge dans un univers musical onirique. Suivra, en 2007, Not to late , subtil assemblage de mélodies acoustiques à la noirceur inattendue. Cette même année, la chanteuse fait ses débuts au cinéma dans le road-movie de Wong Kar-wai, My Blueberry Nights , avec Jude Law et Natalie Portman. En 2009, l’icône jazz pop enregistre The fall , un album plus rock. Après sa séparation avec le bassiste Lee Alexander, arrive, en 2012, Little Broken hearts et ses ballades qui racontent la rupture, la trahison, l’amertume et la vengeance. La voix atteint une profondeur et une intensité nouvelle. Depuis, mère de deux enfants, la belle brune repart sur les routes pour défendre son dernier CD, Day breaks.

source:  http://www.leprogres.fr/lyon/2016/11/10/norah-jones-le-parcours-sans-fausse-note-d-une-trentenaire-du-jazz