Auteur Sujet: Concert à Lille le 12 novembre 2016  (Lu 1695 fois)

sergiodadi

  • Administrator
  • Sr. Member
  • *****
  • Messages: 344
    • Voir le profil
Concert à Lille le 12 novembre 2016
« le: 05 août 2016, 15:36:54 pm »
Concert de Norah Jones à Lille le 12 novembre 2016 au théatre Sébastopol

Voir les détails sur https://www.facebook.com/events/514670545410238/

sergiodadi

  • Administrator
  • Sr. Member
  • *****
  • Messages: 344
    • Voir le profil
Re : Concert à Lille le 12 novembre 2016
« Réponse #1 le: 13 novembre 2016, 14:09:57 pm »
Le Sébastopol dans l’intimité jazzy de Norah Jones, l’enchanteresse

La voix hypnotique de la chanteuse américaine et ses ballades souvent mélancoliques ont, samedi soir, envoûté le public lillois. La fille de Ravi Shankar s’impose vraiment comme une très grande dame du jazz vocal.

Quatorze ans après le raz-de-marée de son premier album écoulé à plus de 25 millions d’exemplaires à travers le monde, Norah Jones réussit la gageure de n’avoir pas encore fini de grandir. Quand elle pénètre, samedi soir, dans une salle bondée, son sourire éclate déjà d’un bonheur communicatif. Robe noire, ceinture et escarpins rouges, la New-Yorkaise s’installe direct derrière son piano, son instrument de prédilection qu’elle avait pourtant délaissé depuis une décennie.

Bienvenue en boîte de jazz. La figure du prestigieux label de jazz Blue Note assure. À ses côtés, les quatre musiciens qui ponctuent le tempo ne sont pas des manchots et construisent les fondations. L’artiste, elle, démultiplie les styles. Du jazz au folk, elle fait des détours par la pop et des rythmes dont on sent clairement l’influence country. On ne se refait pas.

Ses mélodies coulent d’une source enchantée

Dix chansons plus tard, elle remet en route sa machine à charmer en empoignant une guitare  acoustique d’abord puis électrique. Tombe alors l’inévitable Come away with me. Le public apprécie. Entre deux titres, elle dit merci beaucoup, en français. La grâce et la beauté de son visage éclatent sous les sunlights. Ses mélodies coulent d’une source enchantée. L’émotion est au rendez-vous. Soudain, un groove plus musclé vient rappeler que Norah Jones sait aussi pimenter ses recettes. Ce n’est pas pour rien que la donzelle, deuxième fois maman en juillet, a déjà chanté avec Ray Charles et le récent prix Nobel, Bob Dylan.


source : http://www.lavoixdunord.fr/73491/article/2016-11-13/le-sebastopol-dans-l-intimite-jazzy-de-norah-jones-l-enchanteresse

 

anything