Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - sergiodadi

Pages: 1 [2] 3 4 ... 19
16
L'album de Norah Jones qu'on n'attendait plus


En 2002, une nouvelle venue sur la scène de la pop jazz créait la surprise en lançant Come Away With Me, un album qui s'est écoulé à plus de 27 millions d'exemplaires à travers le monde. Sans s'y être préparée, Norah Jones était propulsée au sommet des palmarès. Une nouvelle vedette était née.

La fille de Ravi Shankar, ce grand maître du sitar décédé en 2012, a par la suite tenté de renouer avec ce moment de gloire, mais avec des résultats mitigés. Elle a eu beau multiplier les collaborations et effectuer quelques virages musicaux dans l'espoir de charmer un nouveau public que ça n'a rien changé à son succès qui commençait à s'étioler.

Cette Américaine de 37 ans, mère de deux jeunes enfants, a finalement pris la décision de renouer avec ses racines en lançant, le 7 octobre dernier, un album qui nous rappelle ses débuts si prometteurs. Les fans de la première heure vont adorer.

C'est sur la prestigieuse étiquette de jazz Blue Note qu'elle revient à cette formule qui lui va comme un gant. On parle ici de chansons suaves et envoûtantes. D'une pop jazz qui s'écoute simplement en diverses circonstances. C'est dans un tel environnement sonore que Norah Jones s'illustre le mieux. Encore plus lorsqu'elle s'accompagne au piano.

Il faut vous dire qu'elle n'a pas lésiné sur les moyens pour produire cet album qu'on n'attendait plus. Elle a entre autres fait appel à Wayne Shorter, saxophoniste du groupe Weather Report, pour illuminer ses nouvelles mélodies qu'on apprivoise en un rien de temps. Norah Jones a également retenu les services de Brian Blade (batterie) et Dr. Lennie Smith (claviers), deux autres grandes pointures du jazz qui n'ont sans doute plus besoin de présentation.

Elle nous offre de nouvelles compositions, mais aussi des reprises de chansons écrites par Neil Young, Duke Ellington et Horace Silver. Après quelques écoutes, il serait étonnant que vous ne tombiez pas en amour avec ce CD qu'on écoute en boucle depuis son lancement. C'est ce qui se rapproche le plus de ce grand album qui nous l'a fait découvrir il y a 14 ans déjà.

source: http://www.lecourrierdusud.ca/art-de-vivre/societe/2016/10/15/l-album-de-norah-jones-qu-on-n-attendait-plus.html

17
Articles de presse / [Paris Match]
« le: 13 octobre 2016, 13:55:58 pm »
Un article dans Paris Match:

voir https://www.facebook.com/NorahJonesForumFrancophone/


18
Articles de sites web / [FRANCE INTER] Norah Jones de retour aux sources
« le: 11 octobre 2016, 08:27:57 am »
Norah Jones de retour aux sources

Norah Jones était l’invitée d’Augustin Trapenard à l’occasion de la sortie de son nouvel album Day Breaks

Une artiste discrète qui sait se faire désirer. Depuis Come Away With Me en 2002, Norah Jones continue de tracer son chemin avec six albums publiés et des concerts qui affichent complets. Cinquante millions d’albums vendus plus tard, et neuf Grammy Awards, la musicienne fait son retour avec Day Breaks. Dans ce nouvel opus, la jazz-woman propose un retour aux sources. Le premier single, Carry On, en est la preuve avec un piano-voix efficace et épuré.

La tracklist de ce DayBreaks comprend douze titres –dont neuf originaux- et trois reprises : Fleurette Africaine, Peace de Horace Silver et Don’t Be Denied de Neil Young. Au micro d’Augustin Trapenard, l’artiste est revenue sur les différences entre son nouvel opus, et Little Broken Hearts, son dernier album sorti en 2012 et alors produit par Danger Mouse.

Du côté de la musique, la chanteuse s'est entourée de quelques grands noms du jazz comme le saxophoniste Wayne Shorter, l'organiste Lonnie Smith ou bien encore le batteur Brian Blade. Concernant les textes, et si dans le morceau Flipside, elle chante " écarte ton arme, ou nous allons tous perdre", elle ne souhaite pas s'engager politiquement.

Dans les prochaines semaines, Norah Jones sera également de retour sur scène pour promouvoir et présenter ses nouvelles compositions. Dans Boomerang, la chanteuse s'est également expliquée sur sa vision de l'interprétation d'une chanson.

Au micro d'Augustin Trapenard, Norah Jones s'est également prêtée au jeu en fin d'émission. Elle a accepté de chanter la comptine qu'elle a pour habitude de chanter à ses enfants : A bicycle built for two !

source: https://www.franceinter.fr/culture/norah-jones-de-retour-aux-sources


19
Articles de sites web / [LA CROIX] Norah Jones, l’enchanteresse
« le: 10 octobre 2016, 17:20:25 pm »
Norah Jones
, l’enchanteresse

La chanteuse américaine au timbre voilé et subtil revient en France présenter un album abouti, et donner quelques concerts.

Il y a quelque chose d’hypnotique dans le chant de ­Norah Jones. Dès ses débuts, en 2002, avec Come away with me, qu’elle qualifia alors de « petit disque mélancolique », elle s’est imposée comme une enchanteresse du jazz vocal.

Son père, le joueur de sitar Ravi Shankar, décédé en 2012, disait, à propos de Don’t know why, son premier tube, « sa chanson se glisse dans vos oreilles et ne vous quitte plus ». Son timbre voilé et subtil, son style intimiste donnent à chacun de ses auditeurs l’impression, qu’assise à proximité, elle s’adresse à lui seul.


Aujourd’hui, à 37 ans, avec à son actif cinq disques vendus à plus de 40 millions d’exemplaires, un film de Wong Kar-wai (My Blueberry Nights), et deux enfants nés en 2014 et juillet 2016, Norah Jones, venue à Paris présenter en concert privé son sixième album Day Breaks, montre qu’elle a mûri sans perdre son grain de voix cuivré, ni la sûreté de son goût musical.

Un album éclectique

Au piano et au chant, qu’elle opte pour une ballade, comme Tragedy, ou une chanson au swing enlevé et à la gaîté ironique, It’s a wonderful time for love, l’artiste démultiplie les styles, du jazz au folk, du blues à la pop et jusqu’aux influences country.

Se risquant même à une chanson politique, Flipside, « inspirée par tout ce qui s’est passé dans le monde et aux États-Unis au cours des deux dernières années ». L’auteur-compositeur-interprète, a tiré de « cette période totalement folle » un groove plus musclé qu’à l’accoutumée. « Hard times/Fine lines/Moments pass by and I cry/Rewind/Step behind/It’s hard to find the flipside (Des temps difficiles/De belles paroles/Les heures passent et je pleure/Rembobinez/Reculez/C’est dur de voir le revers de la médaille) », lance-t-elle.

Dans la tradition des plus grands

Norah Jones, qui a eu le privilège de chanter en duo Here we go again avec Ray Charles en 2004, et I shall be released avec Bob Dylan en 2005, ainsi que de faire une prestation remarquée lors d’un concert d’hommage à l’un des Beatles, George ­Harrison, en 2014, aime se situer dans la tradition des plus grands et s’entourer de musiciens de légende.

Pour ce disque, l’immense saxophoniste Wayne Shorter, 83 ans, l’a rejointe afin d’enregistrer une nouvelle version de la belle chanson d’Horace ­Silver, Peace. Dans ce morceau, l’un des plus grands succès de Norah Jones depuis ses débuts, son vibrato résonne de façon languide, entre berceuse et prière. Et c’est dans l’apaisement que la jeune mère termine cet album abouti, avec une reprise juste fredonnée de Fleurette africaine de Duke Ellington.

Nathalie Lacube

Day Breaks, un CD Blue Note, 17,99 €. En concert, le 11 novembre à Lyon, le 12 à Lille, les 15 et 21 à Paris, et le 16 novembre à Bordeaux.

source: http://www.la-croix.com/Culture/Musique/Norah-Jones-lenchanteresse-2016-10-08-1200794810

20
Norah Jones retaille le bleu velours dans sa nuit ancienne

La chanteuse est de retour avec «Day Breaks», album qui la voit renouer avec les atours du jazz. Le conte de fées de ses débuts peut-il se répéter?

Norah Jones fait partie du très petit cercle des artistes pop à avoir fait l’unanimité au XXIe siècle autour d’un album. Du vieux fan de jazz qui ne savait plus quoi écouter dans son bain au jeune gandin qui voulait tremper un orteil dans les mixtures bleutées, son Come Away With Me de 2002 mettait tout le monde d’accord. Précédant les succès d’Amy Winehouse et d’Adele, ce disque – de diamant, avec quelque 26 millions d’exemplaires vendus – sauvait au passage un label Blue Note qui avait perdu de son lustre historique. D’un coup de baguette, la fée Clochette, fille illégitime de Ravi Shankar, s’était hissée au sommet.

Près de 15 ans plus tard, alors que sort Day Breaks, son 6e album studio, Norah Jones a démontré qu’elle n’était pas la chanteuse d’un seul succès. Elle a signé d’innombrables collaborations avec des artistes qui rêvaient de voir le nom du prodige figurer sur leurs productions. Même le cinéaste Wong Kar-wai craquait pour elle, l’enrôlant comme comédienne dans son film de 2007, My Blueberry Nights. Bonnie Raitt, Jerry Lee Lewis, Willie Nelson, Herbie Hancock, Wyclef Jean, Keith Richards et encore Charles Lloyd cette année ont dialogué avec celle qui transformait en or tout ce qu’elle touchait de sa voix de cristal.

Un passé entre folk et pop

Ses propres projets ont aussi navigué dans des directions très différentes, d’enregistrements plutôt folk avec The Little Willies à ses tentatives de se poser sur le terrain sans équivoque de la pop – les albums The Fall (2009) et Little Broken Hearts (2012) réalisé dans les parages du producteur Danger Mouse.

Son Day Breaks est annoncé par sa maison de disques comme un retour aux sources. L’accent est mis sur sa coloration très jazz – le géant du saxophone Wayne Shorter, l’organiste Lonnie Smith et le batteur Brian Blade font partie de la fine fleur des musiciens de l’équipe. Si la sobriété instrumentale de cet enregistrement permet, en effet, la comparaison avec ses premiers pas, il ne faut poutant pas oublier que Come Away With Me n’avait rien d’un album de jazz sans partage, mais empruntait aussi beaucoup à l’univers de la country, musique qui fait partie depuis toujours du vocabulaire de celle qui, dès 2003, participait à un projet autour du répertoire de Dolly Parton.

Mais le monde a toujours voulu voir, dans son parcours, un de ces miracles qui ne se produisent presque plus dans le jazz. Plus de quatre ans après son dernier album, Norah Jones cherche donc à se mettre en conformité avec son passé et avec les attentes que son nom n’a jamais cessé de susciter. Que Wayne Shorter lui-même se penche sur le berceau de ce nouveau départ indique bien la volonté, cette fois, de tailler le satin bleu au cœur de l’étoffe. Et pas pour qu’on lui taille un costard… (TDG)


source: http://www.tdg.ch/culture/musique/norah-jones-retaille-bleu-velours-nuit-ancienne/story/23446950

22
Norah Jones nous envoûte avec son album "Day Breaks"

Timbre velouté, piano rétro, chansons suaves : c’est le grand retour aux sources de la superstar de la pop jazz. Avec un album enchanteur illuminé par le saxophoniste Wayne Shorter.

D’elle, le patron du légendaire label Blue Note, Bruce Lundvall, décédé en 2015, disait qu’elle était une « artiste géniale ». Comme pour rendre hommage à celui qui l’a découverte alors qu’elle était serveuse, Norah Jones, 37 ans, mère de deux petits garçons, revient avec son nouvel album, le sixième en solo, à ses premières amours. À la recherche de la note bleue, elle a convié à la fête le vétéran du saxo Wayne Shorter, l’organiste Dr. Lonnie Smith et le batteur Brian Blade, composé neuf chansons, enregistré trois reprises de Neil Young, Duke Ellington, Horace Silver.

Et remis le piano, qu’elle avait délaissé au profit de la guitare pour des albums teintés de folk, de country et de blues, au centre de son univers. « Je l’ai transporté dans ma cuisine, en me disant que ça m’obligerait à jouer, explique-t-elle. Résultat, il est rapidement devenu le meuble où l’on entasse la monnaie, les factures en attente et tout un fourbi. » Le sourire de la chanteuse est radieux, mais le ton, hésitant. Geetali Norah Jones-Shankar, fille du « dieu » indien du sitar Ravi Shankar, disparu en 2012, n’a jamais apprécié la promo.


Une ambition revue à la baisse

La faute au succès phénoménal, en 2002, de son premier album vendu à 27 millions d’exemplaires. Et à l’angoisse suscitée par cette célébrité express, au point que la chanteuse débutante, née à New York et ayant grandi au Texas, avait appelé un jour Bruce Lundvall pour qu’il tente d’arrêter les ventes. « C’était fou et stressant. Soudain, tout le monde te connaît, commente ta musique. Et puis arrivent les haters et là, tu te dis : c’est ça la gloire dont tout le monde rêve ? » Depuis ces débuts fracassants, la carrière de Norah Jones, à son grand soulagement, est revenue à la normale.

Albums salués par la critique, collaborations avec sa demi-sœur Anoushka Shankar ou le chanteur de Green Day... et vie privée verrouillée par ses soins. Lasse des questions des journalistes sur un père absent, la star aux neuf Grammy Awards n’a jamais révélé le prénom de ses enfants, ni l’identité de son compagnon musicien. Elle est désormais « moins ambitieuse qu’avant de devenir célèbre ». Et ne rêve plus que d’amour, de musique et de piano jazz dans sa cuisine.

« Day Breaks » (Blue Note/Universal Jazz), sortie le 7 octobre. Norah Jones sera en 
concert le 15 novembre à la Salle Pleyel, Paris-8e, et le 21 novembre à l’Olympia, Paris-9e.

Cet article a été publié dans le magazine ELLE du vendredi 30 septembre.

source: http://www.elle.fr/Loisirs/Musique/Dossiers/Norah-Jones-nous-envoute-avec-son-album-Day-Breaks-3311569#

23
Articles de sites web / [RTL] Norah Jones dans l'heure du Jazz
« le: 26 septembre 2016, 15:34:44 pm »
Norah Jones dans l'heure du Jazz

C’est le grand retour de Norah Jones ! Sans faire injure à la star, on peut affirmer que ses derniers albums manquaient singulièrement d’épaisseur. Presque quinze années après  « Come Away With Me », qui avait propulsé Norah vers la célébrité (20 millions de ventes-ahurissant aujourd’hui…), on avait l’impression que la flamme faiblissait doucement de disque en disque. Mais bonne nouvelle : l’album qui arrive, « Day Breaks », souffle sur les braises encore rouges et rallume le feu ! D’abord, Norah Jones a pris grand soin de son entourage musical sur ce projet. Une fois de plus, un homme apparaît comme un  des artisans de cette réussite : le batteur Brian Blade, présent sur de nombreux morceaux.

Et outre ses talents de batteur, ceux qui connaissent les formidables chansons écrites par Blade ne seront pas dépaysés par l’atmosphère générale qui règne ici. Brian Blade était le batteur le plus pertinent pour ce projet. D’autres musiciens convoqués autour de Norah nous font évidemment dresser le sourcil : l’organiste enturbanné Dr Lonnie Smith, le batteur Karim Riggins, le basssite Vicente Archer (Robert Glasper)… Mais la grande sensation n’est pas là. Le héros de l’histoire s’appelle Wayne Shorter ! Le vénérable saxophoniste vient jouer sur quatre morceaux, et ne s’est pas déplacé pour rien. Sa présence donne à la musique une profondeur et un esprit qui contribuent à faire de cet album une des belles surprises de la rentrée. La bonne idée de Norah aura été aussi de jouer du piano sur tous les morceaux, ce qu’elle ne faisait plus depuis longtemps. La musique y gagne en intimité, en vérité. 1er extrait de cet album, ce soir dans l’Heure du Jazz, mais il y en aura d’autres !

Et on continue dans la nouveauté, avec l’album du pianiste Joey Alexander, « Countdown ». Ce gamin est le phénomène du moment : 13 ans, origine indonésienne, on ne s’explique pas ce sens de la nuance, ce feeling, cette technique, ce phrasé, bref, cette maturité ! Mais jusqu’où ira Joey Alexander, formidablement épaulé, en particulier par le bassiste Larry Grenadier (Brad Melhdau) et le batteur Ulysses Owens Jr. 

Après Terrasson et Belmondo, la semaine dernière, deux autres nouveaux duos avec pianistes nous intéressent en cette rentrée : Baptiste Trotignon, associé au percussioniste argentin Minino Garay, ou la finesse, fantaisie et le punch latin. Et Laurent de Wilde avec le pianiste congolais Ray Lema. Pas banal dans le jazz de nos jours un duo de pianos. Celui-ci porte beaucoup de musicalité, une belle énergie, un bonheur audible, et l’imagination multipliée par quatre mains.

Le jazz français brille aussi avec Pierre Bertrand, compositeur, arrangeur, l’un des meilleurs dans l’écriture pour grand orchestre, mais d’abord saxophoniste. Cet album « Joy » permet à Pierre de revenir avec bonheur à son métier d’instrumentiste. Il y a longtemps qu’on ne l’avait entendu jouer autant. L’album, ambitieux et brillant, est marqué par la latinité. Les « habitués » des grands orchestres de Pierre Bertrand sont là : le pianiste Alfio Orioglio, le guitariste Louis Winsberg, le percussionniste Minino Garay (encore !), auxquels s’ajoutent des voix pour donner à cette musique le relief et l’originalité.

Et encore dans l’Heure du Jazz Steps Ahead pour un peu de nostalgie années 80 « fusion », Jacob Collier ou la jeunesse exubérante, Till Broner, bon chic bon genre, et Caetano Veloso avec Gilberto Gil, les plus jeunes septuagénaires du monde !

source: http://www.rtl.fr/culture/musique/norah-jones-dans-l-heure-du-jazz-7784907651

24
Discographie / Re : [Day Breaks] 2016
« le: 09 septembre 2016, 10:27:02 am »
Quelques mots de Norah Jones sur "Day Breaks":

! No longer available

25
Discographie / Re : [Day Breaks] 2016
« le: 09 septembre 2016, 10:25:38 am »
Un extrait du morceau "Flipside" avec quelques mots de Norah

! No longer available

26
Wayne Shorter sur le nouvel album de Norah Jones !

La chanteuse aux 9 Grammy Awards est de retour avec un nouvel album

« Day Breaks » sortira le 7 octobre prochain et se dévoile peu à peu. Norah Jones affirme revenir à « ses racines jazz », avec cet album, elle s’est entourée d’un grand nom du jazz : Wayne Shorter, qui a participé à trois titres.

On le retrouve sur "Burn", premier titre de l’album tout en douceur, sur "Peace" d’Horace Solver et sur "Africain Flower" de Duke Ellington, dernier titre de l’album.

Wayne Shorter ne se déplace tout seul, puisque son quartet accompagne Norah Jones sur une grande partie de l’album : John Patitucci à la contrebasse et Brian Blade à la batterie, en duo avec le contrebassiste, Chris Thomas.

« Day Breaks » sera disponible le 7 octobre dans les lieux de ventes habituels

Norah Jones sera en tournée en France à partir du 11 novembre


source: http://www.jazzradio.fr/news/chronique-d-album/31154/wayne-shorter-sur-le-nouvel-album-de-norah-jones

27
Norah / Le jazz, invité d’honneur dans les mariages !
« le: 05 septembre 2016, 10:21:36 am »
Le jazz, invité d’honneur dans les mariages !

Spotify vient de publier une playlist regroupant les 50 chansons les plus jouées dans les mariages,et ce sont des grands classiques de jazz!

Le géant du streaming Spotify vient de publier une playlist regroupant les 50 chansons les plus jouées dans les mariages, d’après des milliers de playlists publiées sous le nom « première danse ». Les grands classiques du jazz ont le vent en poupe !

Si celui qui arrive en tête est le britannique Ed Sheeran avec « Thinking out loud », les titres jazz n’ont rien à lui envier. En deuxième position on retrouve le légendaire « At Last » d'Etta James (1960) et le plus récent « You Are The Best Thing » de Ray LaMontagne (2008).

Représentant de la soul moderne, John Legend, arrive quatrième avec « All of Me » suivi de Norah Jones et la douceur de « Come Away With Me ». Ces deux concurrents de taille, sont suivi de très près par Adèle et sa reprise de Bob Dylan « Make You Feel My Love » et du plus célèbre crooner contemporain, Michael Bublé avec « Everything ».

source: http://www.jazzradio.fr/news/culture-et-societe/30970/le-jazz-invite-d-honneur-dans-les-mariages

28
Day Breaks : le nouvel album de Norah Jones


Quatre ans après la sortie de "Little Broken Hearts", Norah Jones est de retour avec "Day Breaks", un nouvel album à paraître le 7 octobre prochain.

Avec ce nouvel album splendide, Norah Jones revient à ses racines jazz, la boucle est bouclée. Entremêlant avec une rare subtilité country, folk, rock, soul et jazz, Norah Jones apparait plus que jamais comme l'artiste actuelle exprimant le mieux la richesse et la diversité de la musique américaine.

Si ce nouveau disque ne peut manquer de faire penser à "Come Away With Me", ce nouvel album est indéniablement l'œuvre d'une artiste qui a beaucoup muri et s'est considérablement aguerrie dans la pratique de son art. Norah Jones est cette fois accompagnée par de véritables légendes du jazz comme le saxophoniste Wayne Shorter, l'organiste Lonnie Smith et le batteur Brian Blade, déjà présent sur son premier disque et dont le jeu constitue l'épine dorsale de ce nouvel album.

"Day Breaks" compte douze titres : neuf compositions originales, toutes écrites ou co-écrites par Norah Jones, évoquant tout autant les méandres de l'amour que le contexte socio-politique actuel, ainsi que des reprises d'Horace Silver (Peace), Duke Ellington (Fleurette Africaine) et Neil Young (Don't Be Denied).

source: http://www.zikeo.net/rap-rnb/6090-norah-jones-day-breaks/

29
Découvrez « Carry On » le nouveau titre de Norah Jones

La chanteuse aux 9 Grammy Awards est de retour

Quatre ans après son album "Little Broken Hearts" la chanteuse et musicienne new-yorkaise Norah Jones revient à ses racines, le jazz et le piano, sur son nouvel album "Day Breaks". La chanteuse soul aux 9 Grammy Awards est de retour avec « Carry On », un piano voix très doux extrait de son nouvel album, qui sortira le 7 octobre prochain.

“La boucle est bouclée avec ce nouvel album, car je reviens à mes premières influences. Après mon premier album, je m’étais un peu éloignée du piano. J’en jouais toujours, mais j’étais plus inspirée en écrivant sur une guitare. J’ai vraiment aimé jouer au piano sur cet album.”

"Day Breaks" comporte 12 titres inédits :

1. Burn
2. Tragedy
3. Flipside
4. It's A Wonderful Time For Love
5. And Then There Was You
6. Don't Be Denied
7. Day Breaks
8. Peace
9. Once I Had A Laugh
10. Sleeping Wild
11. Carry On
12.Fleurette Africaine (African Flower)

source: http://www.jazzradio.fr/news/musique/30858/decouvrez-carry-on-le-nouveau-titre-de-norah-jones

30
Articles de sites web / [VINYLEMUSIQUE]
« le: 12 août 2016, 09:52:27 am »
Actualité Musicale : Le nouveau titre de Norah Jones - Carry On, est à découvrir sur Vinyle Musique TV au travers de son clip video. Tentez de placer le nouveau single de Norah Jones à la première place du Vinyle Musique Chart en votant pour la vidéo.

Partagez et écoutez ce potentiel futur tube de Norah Jones - Carry On. Ce morceau de Norah Jones est l'une des nouveautés musicales du moment et sera peut-être l'un des titres phare de l'année 2016. Norah Jones - Carry On est le nouveau clip vidéo de Norah Jones, une chanson de Norah Jones classée dans la catégorie nouveauté actu musique et sélectionnée par l'érudit rock Vinyle Musique TV. N'hésitez pas à partager avec nous vos impressions sur ce titre de Norah Jones. Suivez l'actualité musicale, découvrez les dernières nouveautés musique, les meilleurs titres du moment sur la TV musicale Vinyle Musique TV. Découvrez la grille des émissions Vinyle Musique TV, suivez l'actualité musicale, découvrez les dernières nouveautés musique, les meilleurs titres du moment. Tel un érudit rock, Vinyle Musique TV sélectionne pour vous les meilleurs clips video musicaux. Vinyle Musique TV sélectionne des vidéos, des clips qui retracent les grandes dates de l'histoire de la musique, de la pop et du rock. Par érudition Rock, Vinyle Musique TV énumère les titres qui ont marqué chaque année de 1950 à nos jours : Pop, Indé & Alternatif, Variété Française, Electro, Soul - R&B, Rap & Hip-Hop, Folk, Classic Rock classées par années.

source: http://www.vinylemusique.fr/norah-jones-carry-on

Pages: 1 [2] 3 4 ... 19