Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - sergiodadi

Pages: [1] 2 3 ... 15
1
Articles de sites web / [SORS TU] festival de jazz de Montréal
« le: 30 Juin 2019, 18:12:45 pm »

source: http://www.sorstu.ca/norah-jones-a-la-salle-wilfrid-pelletier-i-une-aura-incommensurable/

NORAH JONES À LA SALLE WILFRID-PELLETIER I UNE AURA INCOMMENSURABLE
Pour la soirée d’ouverture du 40e Festival International de Jazz de Montréal (FIJM), Charlotte Cardin animait la Place des Festivals tandis que plus tôt, une invitée de marque était programmée à la Salle Wilfrid-Pelletier. Devant trois mille spectateurs subjugués, Norah Jones aura offert hier soir une performance musicale, et surtout vocale, dont elle seule a le secret.

À quelques minutes du début du spectacle, les travées de la Place des Arts sont encore bondées. Dans l’immense file qui permet d’atteindre la Salle Wilfrid-Pelletier depuis la rue Ste-Catherine, les retardataires s’impatientent de voir à l’œuvre la fille de Ravi Shankar pour sa cinquième venue au FIJM. Il faut dire que depuis 2002 et la parution de son premier album Come Away With Me (20 millions d’exemplaires vendus et 5 Grammy Awards), l’artiste américaine a connu un succès exponentiel faisant d’elle l’une figure de proue du jazz vocal contemporain.

Une voix de velours

C’est avec vingt minutes de retard que la batterie, la basse et le piano font leur entrée sur scène, permettant ainsi aux derniers sièges manquants d’être comblés. Dans une ambiance feutrée de couleur bleuâtre, les premières notes de Just A Little Bit sont jouées tandis qu’une Norah Jones scintillante rejoint discrètement le trio pour donner très rapidement des frissons à la foule enthousiaste.

Dotée d’une voix de velours, celle qui vient de fêter ses 40 ans ne manque pas de ressources et cherche constamment à se renouveler, comme l’en témoigne la richesse des titres de son répertoire qui fera réagir les spectateurs à l’écoute de Those Sweet Words, ou encore de l’entraînante Say Goodbye dont le riff reste dans la tête. Assurément l’une des meilleures du set, avec la profonde My Heart Is Full en rappel.
Revenant récemment dans la lumière des projecteurs avec la parution de Begin Again, la chanteuse aura interprété durant cette soirée des titres de ce septième album en carrière, mais aussi des anciens morceaux. Un exercice au combien réussi qui prouve que la quadragénaire se sublime toujours plus quand vient le temps de monter sur scène.

Même si elle ne parle que très peu entre ses pièces et que l’heure et demie de spectacle reste assez linéaire, l’essentiel n’est pas là. Il est dans sa faculté à transporter son spectateur dans un tourbillon de notes sensibles qui tirent leurs origines évidemment du jazz, mais aussi de nouvelles influences comme le blues. Sur quelques titres, l’artiste s’amusa d’ailleurs à expérimenter un son plus graveleux. Elle prendra la guitare sur Waiting ou Hey You pour prouver aux spectateurs que devant eux se dresse une artiste à l’aura incommensurable, une multi-instrumentiste qui séduit toutes les générations.

Si la maîtrise du manche aura été évidente durant ces pièces, c’est tout de même derrière son piano qu’elle excelle. Car lorsque Norah Jones effleure les touches de son piano, elle démontre en quelques secondes les raisons de son succès à travers le monde. Couplé à son timbre si reconnaissable, des moments tels que l’enchaînement de Come Away With Me et Sunrise auront sans doute subjugué le public montréalais qui retrouvait l’artiste, deux ans après sa venue dans cette même salle à l’acoustique parfaite.

On ne s’en lassera jamais, oh que non.

Liste des chansons

Just A Little Bit
It Was You
Got To See You Again
Those Sweet Words
Begin Again
Wintertime
Nightingale
Song With No Name
Say Goodbye
Waiting
Hey You
Come Away With Me
Sunrise
Black
Travelin On
Nearness/Painter
Don’t Know Why
Flip Side
Carry On

Rappel

My Heart Is Full
Don’t Be Denied / What Am I To You
Lonestar / Angel Dream 


2
Articles de sites web / [ledevoir.com]
« le: 06 Mai 2019, 15:21:10 pm »
Est-ce un album ?

Norah Jones en parle comme d’une compilation de singles enregistrés au petit bonheur. Sans plan directeur. Sans autre liant qu’elle, sa voix, sa pleine liberté. Seule règle : sessions brèves. Une expérience de spontanéité, mais avec l’expertise rythmique des as Chris Thomas et Brian Blade. Ce que ça donne ?

Toutes les Norah Jones que vous voulez, en une petite demi-heure d’éternité. Ça commence par un état des lieux, My Heart Is Full, manifeste spirituel sur lit d’électro. Ça remue jazzy cool dans Begin Again. It Was You plonge dans un bain de cuivres et d’orgue purificateurs d’âmes. Pour la bien nommée A Song with No Name, Jeff Tweedy et Norah se la gratouillent folk indie le long des échines. Uh Oh cède à la tentation de l’auto tune, saillie d’étrangeté. Wintertime est du pur Norah languissant et caressant, prélude à l’ambitieuse Just a Little Bit, terrain de jeu pour vocalises et contretemps déroutants. Es-ce un album ? Une aventure, ça, c’est sûr.

source: https://www.ledevoir.com/culture/musique/553519/begin-again-norah-jones

3
Articles de sites web / [QOBUZ] Norah Jones en 10 morceaux
« le: 29 Avril 2019, 15:11:52 pm »
[source: https://open.qobuz.com/focus/95558]

Article de Qobuz:

Même si ses albums paraissent sur le label Blue Note, Norah Jones n’a jamais été vraiment jazz. Comme elle n’a jamais vraiment été pop, ni folk, country ou soul… Depuis le début des années 2000, la chanteuse et pianiste américaine a toujours tout fait pour flouter, voire éradiquer les frontières stylistiques au profit de sa propre musique apatride, qu’elle adore partager avec d’autres musiciens venus d’horizons divers. Petit tour de son monde en 10 titres.

Don’t Know Why sur Come Away With Me (2002)
La première chanson du premier album. C’est par ces mots, « I waited 'til I saw the sun, I don't know why I didn't come », que beaucoup sont tombés sous le charme de Norah Jones, le 26 février 2002. Avec cette ballade écrite trois ans plus tôt par le songwriter Jesse Harris et portée par un piano rêveur et une rythmique de soie, la New-Yorkaise de 22 ans offre d’entrée de jeu non seulement la singularité de son alliage jazz, pop et vaguement folk/country mais surtout la beauté de sa voix sensuelle, faussement détachée, un peu à la Carole King… Cette voix qui porte la chanson. Toutes les chansons même. Elevée au Texas par sa mère seule, la fille du plus grand des sitaristes, Ravi Shankar, le sait très bien : « Blue Note étant classé jazz, les gens m’ont évidemment perçue comme une chanteuse de jazz. Le label a fait en sorte que ce premier album sonne comme une recherche personnelle de comment chanter une chanson. Ça n’était pas du jazz pur, il y avait un mélange de plusieurs éléments. Il y avait aussi de la country et différentes choses. Ce n’étaient que des chansons finalement… »

What Am I to You ? sur Feels Like Home (2004)
Deux ans après le succès mondial inattendu de son premier disque, Norah Jones fait de Feels Like Home une suite évidemment moins surprenante mais pas moins intéressante. Avec plus de moyens et des reprises bien choisies (Townes Van Zandt, Tom Waits et Duke Ellington), elle s’éloigne légèrement de l’ambiance « piano bar » pour une instrumentation plus large et des arrangements plus ambitieux. Mais comme What Am I to You? le prouve une fois encore, c’est sa voix qui s’occupe de tout… Portée par deux légendes échappées de The Band, le batteur Levon Helm et l’organiste Garth Hudson, cette chanson blues et country sur la complexité des relations amoureuses avance avec une roublardise de façade que sa chaleur et sa sincérité dégagent d’un simple revers de main. Une merveille laid back assez intemporelle qui fleure bon ce Sud qui lui a toujours été si cher. Et même si l’orgue d’Hudson fait de l’ombre à son jeu de piano hérité du grand Floyd Cramer, LE pianiste du Nashville des 50’s et des 60’s, le « style Norah Jones » montre ici des couleurs inédites.

Sinkin’ Soon sur Not Too Late (2007)
Pour son troisième album (le premier sans aucune reprise), Norah Jones signe toutes les chansons, cesse de travailler avec le producteur Arif Nardin, qui vient de mourir, et s’éloigne encore plus de l’image de star chanteuse/pianiste lounge un brin lisse que certaines mauvaises langues lui trouvent… Cette fois, avec l’aide de son compagnon producteur Lee Alexander, elle ne jure que par la philosophie less is more. Tout ici est soupesé et surtout dénudé à l’extrême. Adieu luxe, calme et volupté ! Place à des chansons squelettiques mais sublimes, parfois proches de la démo. Impossible de lui reprocher de faire ici un Come Away With Me Vol. 3. Sur Sinkin’ Soon, elle joue même les Tom Waits en jupons. Une belle ballade pour vieux loups de mer ne suçant pas que de la glace. Une chanson aux cambrures de cabaret emmenée par un piano à peine ivre et un trombone chétif avec, en special guest dans les chœurs, l’excellent M. Ward.

Stuck sur The Fall (2009)
Après s’être beaucoup mise à nu, Norah Jones s’offre une impressionnante garde-robe avec The Fall. Tapis rouge donc pour le gros producteur Jacquire King mais aussi le songwriter Ryan Adams, le batteur Joey Waronker ou les guitaristes Marc Ribot et Sam Cohen, pour ne citer que quelques-uns des participants à son quatrième album studio qui ne cache pas ses ambitions plus pop voire rock’n’roll. Figure culte de la country alternative, Will Sheff du groupe Okkervil River est lui aussi de la partie et cosigne Stuck, sur laquelle la guitare électrique torride de Cohen éloigne la star fraîchement trentenaire de sa zone de confort. Une histoire de fille embrouillée par un type lourd dans un bar et que Norah Jones, plus Fionna Apple que Janis Joplin, chante avec beaucoup de mesure, histoire d’esquiver les clichés que ses mots pourraient charrier.

For the Good Times sur For the Good Times des Little Willies (2011)
Avec le jazz, la country music est l’autre grande passion de Norah Jones. Si ses albums ne cessent de le rappeler, les Little Willies, qu’elle a fondés avec Richard Julian, Jim Campilongo, Lee Alexander et Dan Rieser, lui permettent d’assumer à 200 % un tel péché mignon. Grâce à ce side project qui lui tient à cœur, elle revisite les plus grands standards du genre comme ses trésors oubliés. Des pièces signées Johnny Cash, Hank Williams, Willie Nelson, Fred Rose, Townes Van Zandt, Loretta Lynn, Dolly Parton ou Lefty Frizzell. Enregistrée pour la première fois par Bill Nash en 1968, For the Good Times est l'une des plus belles chansons de Kris Kristofferson. L’une des plus tristes aussi – encore une histoire de rupture – que la terre entière a revisitée, d’Al Green à Ray Price, en passant par Perry Como, Michael Jackson, Frank Sinatra, Jerry Lee Lewis, Lloyd Cole, Isaac Hayes et Dean Martin. Norah Jones et ses quatre gardes du corps en donnent une lecture modérément glauque, lovée dans un feeling un brin jazz. Surtout, la Telecaster de Jim Campilongo et le piano de la chanteuse entament un paso-doble délicat et très touchant.

She’s 22 sur Little Broken Hearts (2012)
Brian Burton alias Danger Mouse est l’un des nombreux collaborateurs qui ont compté dans la carrière de Norah Jones. En 2011, ils travaillent ensemble sur le projet Rome, hommage aux musiques de films italiens des années 60 et 70 cosigné avec Daniele Luppi. L’année suivante, le tandem enregistre, presque seul dans le studio de Los Angeles de Danger Mouse, ces Little Broken Hearts, Norah Jones au piano, claviers, basse et guitare, et Danger Mouse à la batterie, basse, guitare et arrangements pour cordes. Des « petits cœurs brisés » dont l’amusante pochette (un pastiche de l'affiche du film Mudhoney de 1965 du pape des seins XXL Russ Meyer) démine les potentielles séquences larmoyantes… Sur She’s 22, Norah demande à un ex si la jeunette de 22 ans avec qui il est désormais le rend heureux. Pour cette ballade folk triste mais pas plombante, Burton a cousu un magnifique manteau brumeux et mélancolique fait de guitares minimalistes, de piano funambule et d’orgue lointain. Et sa voix dénuée du moindre effet fait surtout preuve d’une sincérité assez bouleversante.

Long Time Gone sur Foreverly de Billie Joe + Norah (2013)
Norah Jones et Billie Joe Armstrong de Green Day, unis pour la vie ? Seulement le temps d’un album improbable publié en 2013 sur lequel le duo d’un jour rend hommage aux immenses Everly Brothers. Plus précisément à leur album de 1958, Songs Our Daddy Taught Us. « J’ai pensé qu’il serait cool de refaire ce disque obscur à redécouvrir d’urgence. Le faire avec une voix de femme lui donne une signification différente », expliquera le chanteur punk qui qualifie sa rencontre avec Norah de blind date. Au cœur de cette belle parenthèse de rock 50's aux effluves country, les voix de Norah Jones et Billie Joe s’harmonisent à la perfection. Sur Long Time Gone, l’union touche au sublime sans jamais pour autant plagier la version d’origine de Don et Phil Everly. Une curiosité certes, mais assez attachante à la longue.

Don’t Know What It Means sur No Fools, No Fun de Puss n Boots (2014)
Un autre groupe pour rappeler que l’americana a toujours inspiré Norah Jones. En 2008, avec Sasha Dobson et Catherine Popper, elle forme Puss N Boots, joli trio de cow-girls qui ne publiera qu’en 2014 son premier album studio composé de titres originaux et de reprises de goût piquées à Johnny Cash, Neil Young, Wilco, Tom Paxton, George Jones, Jeb Loy Nichols et The Band. Un disque sentant évidemment bon la poussière, le saloon abandonné, l’alcool frelaté et les paysages ponctués de cactus, de rocheuses et de grands espaces… Sans révolutionner la country et le folk rock, Puss N Boots s’applique à en proposer une lecture honnête, belle et simple (jamais simpliste). C’est Norah Jones qui signe l’énervé Don’t Know What It Means que tractent une belle guitare twang et une rythmique 50’s. Comme une Neko Case faisait du rockabilly, elle délaisse le club de jazz de fin de soirée pour un honkytonk joliment bancal où la Bud et le Black Jack coulent à flots…

Fleurette africaine (African Flower) sur Day Breaks (2016)
En 2016, avec l’album Day Breaks, Norah Jones mêle à nouveau compositions originales et reprises (Horace Silver, Neil Young et Duke Ellington). Ce sixième album réunit ses nombreuses passions, purement jazz ou soul, voire pop ou folk. Mais c’est tout de même son viscéral amour pour le jazz qui habite ce disque élégant qui ne cherche jamais à capter l’éphémère ère du temps. Au fil des années, son piano comme sa voix se sont clairement musclés pour alterner entre nonchalance et épure ou pugnacité et gouaille. L’ensemble est intense comme le final du disque : une impressionnante reprise – instrumentale – de Fleurette africaine (African Flower), chef-d’œuvre d’Ellington (enregistré pour la première fois en 1962 sur le mythique Money Jungle avec Charles Mingus et Max Roach), interprété ici avec le saxophoniste Wayne Shorter et le batteur Brian Blade. Tout au long du morceau, Norah Jones apporte sa grâce pianistique si singulière que ses nombreux clones n’ont jamais réussi à approcher… « En préparant Day Breaks, je n’ai pas arrêté de revenir à Money Jungle et cette African Flower. Je l’adore. Ces choses sonnent « brut » et sont une source d’inspiration. Ce sont des mélodies qui restent en tête. En même temps, c’est très fluide et touchant. Et je voulais qu’on essaie de sonner comme eux. »

Wintertime sur Begin Again (2019)
Grande admiratrice de Wilco, Norah Jones s’était amusée à reprendre sur scène Jesus, Etc. dès 2008. Onze ans plus tard, sur son court Begin Again, elle intègre deux collaborations avec le cerveau du groupe de Chicago, Jeff Tweedy : A Song With No Name et Wintertime. C’est par ces mots un brin dépressifs que débute la deuxième chanson : « I'm alone, but I feel alright / In the summertime and the fall / In the spring when the house is dark / Doesn't bother me at all » (« Je suis seule, mais je me sens bien. En été et en automne. Au printemps quand la maison est sombre. Ça ne me dérange pas du tout »). Du pur Norah Jones qui aime à rappeler régulièrement qu’aucun mot joyeux ne peut sortir de sa bouche sans paraître kitsch… Avec l’aide des percussions ouatées de Spencer Tweedy, le fils de Jeff, la composition a l’allure d’une ballade country aux teintes sépia. Surtout, Wintertime fusionne bien leurs deux identités musicales. « Avant mon arrivée en studio, Jeff avait déjà trouvé pas mal d'accords, toute la mélodie et certains mots. Sa façon d'écrire et de penser les paroles est très différente de la mienne… Difficile de décrire le processus de cette chanson mais il y avait comme une sorte de va-et-vient jusqu’à mener à un chemin commun. Ça s’est fait avec beaucoup de naturel… »

source: https://open.qobuz.com/focus/95558

4
Et les autres...? / Jasmine Thompson
« le: 16 Mai 2017, 10:25:31 am »
Une reprise de Don't Known Why par  Jasmine Thompson:

! No longer available


Jasmine  Thompson, née à Londres le 8 novembre 2000, est une chanteuse, pianiste, danseuse et actrice britannique, aussi youtubeuse.

Le 5 juin 2011, elle poste sa première reprise sur Youtube (Lazy song de Bruno Mars). Cinq ans après cette première vidéo, sa chaîne comptabilise 2 565 240 abonnés.

5
Norah en live / Concert de Norah Jones à Lyon le 25 juillet 2017
« le: 23 Mars 2017, 17:12:58 pm »
Concert de Norah Jones à Lyon le 25 juillet 2017

Voir https://www.facebook.com/NorahJonesForumFrancophone/

6
Norah en live / Concert à Montréal (Canada) le 28 mai 2017
« le: 11 Mars 2017, 16:13:40 pm »
Concert de Norah Jones à Montréal (Canada) le 28 mai 2017

Concert de Norah Jones à Montréal (Salle Wilfrid-Pelletier)

Quinze ans Après avoir vendu plus de 25 millions d'exemplaires de son premier album Come Away With Me, Norah Jones viendra présenter son sixième disque, Day Breaks, qui renoue avec ses racines de chanteuse-pianiste aux teintes fortement jazz.

7
Norah en live / Concert à Marciac le 28 juillet 2017
« le: 09 Février 2017, 14:17:51 pm »
JAZZ IN MARCIAC - 2017

Avec huit Grammy Awards à son actif et plus de 40 millions d’albums vendus à travers le monde, Norah Jones s’affirme comme l’une des artistes les plus fascinantes de sa génération. À Marciac le 28 juillet, elle présentera les titres de son sixième album « Day Breaks ».

Cet album est absolument remarquable. Marquant un retour à ses racines jazz, il prouve que Norah Jones est l’artiste contemporaine par excellence, la pourvoyeuse d’un son unique qui tisse des liens entre les différents styles fondamentaux de la musique américaine : country, folk, rock, soul et jazz. L’esprit de « Day Breaks » est apparenté à celui du célèbre « Come Away With Me » mais on y découvre aussi le travail d’une artiste pleine de maturité, qui a vécu pleinement et su faire grandir son art. Le piano en est le véritable fil rouge et toucher caractéristique de Norah Jones pave chacun des 12 titres.

Parmi eux, neuf sont des chansons originales (écrites par Norah ou en collaboration avec ses deux compagnons d’écriture, Sarah Oda et Pete Remm), les trois autres sont des reprises, respectivement de Horace Silver, Duke Ellington et Neil Young. Un concert d’ouverture qui va enchanter le public de Marciac !

Voir https://www.facebook.com/NorahJonesForumFrancophone/

8
Norah Jones ouvrira le 40e festival Jazz in Marciac

 La chanteuse américaine ne s’est encore jamais produite dans le Gers. Son concert aura lieu le 28 juillet. La chanteuse américaine Norah Jones ouvrira le 28 juillet la 40e édition du Festival Jazz in Marciac (JIM), où elle se produira pour la première fois, ont annoncé lundi les organisateurs.

La star du jazz, qui a vendu plus de 40 millions d’albums à travers le monde, présentera son sixième CD "Day Breaks". Couronnée de huit Grammy Awards, la musicienne fera ainsi sa première visite au JIM.

225 000 spectateurs l’an dernier

Le Festival, l’un des plus grands du genre en Europe avec 225 000 visiteurs environ, se déroulera jusqu’au 15 août prochain dans le petit village du Gers. Les dates ne sont pas encore connues. Pour ses 40 ans, il recevra également Herbie Hancock et George Benson, aux côtés de l’incontournable trompettiste Ibrahim Maalouf, grand habitué du JIM.

source: http://www.sudouest.fr/2017/02/06/norah-jones-ouvrira-le-40e-festival-jazz-in-marciac-3173494-4691.php

9
Norah en live / Concert à Marseille le 24 juillet 2017
« le: 31 Janvier 2017, 16:19:45 pm »
Concert de Norah Jones à Marseille le 24 juillet 2017

Voir https://www.facebook.com/events/410974745915846/

10
Norah en live / Concert à Paris le 11 juillet 2017
« le: 31 Janvier 2017, 16:17:12 pm »
Concert de Norah Jones à Paris le 11 juillet 2017 au Palais des Sports

Voir https://www.facebook.com/events/1105656532815066/


11
Norah Jones a défendu son nouveau titre « Peace » sur le plateau du talkshow de Stephen Colbert, et c’est un moment à revivre avec aficia.

Elle aurait tout à fait pu interpréter « Carry On » ou « Flipside », les deux premiers extraits de son nouveau disque Day Breaks publié le 7 octobre. Au lieu de ceux-là, Norah Jones a souhaité mettre en lumière la ballade « Peace », aussi représentative de la tonalité jazzy de ce disque présenté comme un retour aux sources. Elle l’a interprétée sur le plateau du « Late Show » de Stephen Colbert cette semaine.

Entourée de ses musiciens et face au piano, la chanteuse américaine a proposé ce qu’elle sait faire de mieux, alliant la douceur d’une mélodie enivrante à un texte aussi poétique qu’introspectif. « Quand tu trouves la paix de l’esprit / Laisse tes inquiétudes derrière toi / Ne dis pas que ça ne peut pas se régler / À l’aide d’un nouveau point de vue / La vraie signification de la vie vient à toi / Et la liberté recherchée est acquise » a-t-elle entonné, parlant d’un lieu qui devient une échappatoire à un quotidien pas toujours facile à apprivoiser.

Voilà de quoi donner envie à ceux qui hésitaient encore de se procurer des places pour aller applaudir l’artiste en concert. Norah Jones prévoit de revenir nous voir en 2017 alors qu’elle a déjà assuré cinq concerts en France au mois de novembre. Le rendez-vous est fixé au Palais des Sports de Paris le 11 juillet. La billetterie est ouverte.


En savoir plus sur http://www.aficia.info/live-performance/87862/87862#Mzkexy7dXfd5jZ9b.99


source: http://www.aficia.info/live-performance/87862/87862

12
Norah Jones : le parcours sans fausse note d’une trentenaire du jazz

La New-yorkaise débute à Lyon la tournée de son dernier album Day breaks. Elle sera ce vendredi à l’Amphithéâtre.

Après avoir été abandonnée à l’âge de 9 ans par son père, le sitariste indien Ravi Shankar, Geetali Norah Jones-Shankar a grandi dans la banlieue de Dallas, au côté de sa mère, la productrice américaine Sue Jones. Bercée par le jazz et la soul que sa mère affectionne, la jeune adolescente s’initie au piano et chante dans la chorale de l’église.

À 20 ans, Norah revient à New York, sa ville natale. Passant du rôle de serveuse à celui d’artiste dans les pianos-bar de Greenwich Village, le soir elle égraine ses compositions personnelles accompagnée du bassiste Lee Alexander, son compagnon à la scène comme à la ville. Norah américanise son patronyme, pour ne pas faire carrière sous la tutelle de son père.

Une voix de velours teintée de soul, de jazz et de folk

Repérée par Bruce Lundvall, le patron du label Blue Note, au printemps 2002, la chanteuse sort son premier album Come away with me. Norah Jones obtient aussitôt les faveurs du grand public. Avec sa voix de velours teintée de soul, de jazz et de folk, la New-yorkaise s’impose dans le cercle restreint des chanteuses dont on aime fredonner les chansons. Magnifique exploit à 23 ans. Vendu à plus de 29 millions d’exemplaires, l’album obtient le titre suprême d’album de diamant. Deux ans plus tard, Norah enregistre son second disque, Feels like home. Un album au succès plus modeste qui se vendra tout de même à plus de 10 millions d’exemplaires.

Sa voix divine nous plonge dans un univers musical onirique. Suivra, en 2007, Not to late , subtil assemblage de mélodies acoustiques à la noirceur inattendue. Cette même année, la chanteuse fait ses débuts au cinéma dans le road-movie de Wong Kar-wai, My Blueberry Nights , avec Jude Law et Natalie Portman. En 2009, l’icône jazz pop enregistre The fall , un album plus rock. Après sa séparation avec le bassiste Lee Alexander, arrive, en 2012, Little Broken hearts et ses ballades qui racontent la rupture, la trahison, l’amertume et la vengeance. La voix atteint une profondeur et une intensité nouvelle. Depuis, mère de deux enfants, la belle brune repart sur les routes pour défendre son dernier CD, Day breaks.

source:  http://www.leprogres.fr/lyon/2016/11/10/norah-jones-le-parcours-sans-fausse-note-d-une-trentenaire-du-jazz

13
Articles de presse / [Rock & Folk] Day Breaks
« le: 30 Octobre 2016, 10:25:18 am »
Un article dans Rock @ Folk:


14
L'album de Norah Jones qu'on n'attendait plus


En 2002, une nouvelle venue sur la scène de la pop jazz créait la surprise en lançant Come Away With Me, un album qui s'est écoulé à plus de 27 millions d'exemplaires à travers le monde. Sans s'y être préparée, Norah Jones était propulsée au sommet des palmarès. Une nouvelle vedette était née.

La fille de Ravi Shankar, ce grand maître du sitar décédé en 2012, a par la suite tenté de renouer avec ce moment de gloire, mais avec des résultats mitigés. Elle a eu beau multiplier les collaborations et effectuer quelques virages musicaux dans l'espoir de charmer un nouveau public que ça n'a rien changé à son succès qui commençait à s'étioler.

Cette Américaine de 37 ans, mère de deux jeunes enfants, a finalement pris la décision de renouer avec ses racines en lançant, le 7 octobre dernier, un album qui nous rappelle ses débuts si prometteurs. Les fans de la première heure vont adorer.

C'est sur la prestigieuse étiquette de jazz Blue Note qu'elle revient à cette formule qui lui va comme un gant. On parle ici de chansons suaves et envoûtantes. D'une pop jazz qui s'écoute simplement en diverses circonstances. C'est dans un tel environnement sonore que Norah Jones s'illustre le mieux. Encore plus lorsqu'elle s'accompagne au piano.

Il faut vous dire qu'elle n'a pas lésiné sur les moyens pour produire cet album qu'on n'attendait plus. Elle a entre autres fait appel à Wayne Shorter, saxophoniste du groupe Weather Report, pour illuminer ses nouvelles mélodies qu'on apprivoise en un rien de temps. Norah Jones a également retenu les services de Brian Blade (batterie) et Dr. Lennie Smith (claviers), deux autres grandes pointures du jazz qui n'ont sans doute plus besoin de présentation.

Elle nous offre de nouvelles compositions, mais aussi des reprises de chansons écrites par Neil Young, Duke Ellington et Horace Silver. Après quelques écoutes, il serait étonnant que vous ne tombiez pas en amour avec ce CD qu'on écoute en boucle depuis son lancement. C'est ce qui se rapproche le plus de ce grand album qui nous l'a fait découvrir il y a 14 ans déjà.

source: http://www.lecourrierdusud.ca/art-de-vivre/societe/2016/10/15/l-album-de-norah-jones-qu-on-n-attendait-plus.html

15
Articles de presse / [Paris Match]
« le: 13 Octobre 2016, 13:55:58 pm »
Un article dans Paris Match:

voir https://www.facebook.com/NorahJonesForumFrancophone/


Pages: [1] 2 3 ... 15
anything